Me contacteranais.armand.petrier@gmail.com / +33 6 68 39 02 81

Copyright © 2009-2019 Anais Armand-Pétrier Creative Wedding Photographer - Based in Bessan / Travel worldwide - 

  • Facebook - Black Circle
  • Pinterest - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

10 ans!

Updated: Oct 7, 2019


Aujourd'hui, cela fait 10 ans que je me suis lancée dans la plus belle aventure de ma vie!


L'on me demande souvent mon parcours, comment j'en suis arrivée là, et je me disais que c'était une belle occasion de vous en dire plus sur moi. C'est à coeur ouvert que j'ai écris cet article, un peu chaque jour. Cela a souvent été difficile, j'ai plusieurs fois recommencé, effacé, puis réécris. Cet article très personnel, c'est un peu comme une thérapie pour moi. Je fais le bilan. Après des années de doute, de galères parfois, je sais aujourd'hui que ce lien qui nous unis ne cessera jamais. Il y aura toujours cette bienveillance, ces sourires, cette complicité. Ces veilles de départ en vacances ou je peste d'avoir tout un tas de choses à faire (oui la, nous sommes mardi 9 Avril, je m'envole demain pour le Portugal, et je veux à tout prix finir cet article, le programmer, et le partager avec vous, mais aussi retoucher les photos de ce week, répondre à vos mails et j'en passe... ahahah). Ces retours toujours plus joyeux de retrouver mon quotidien de créatrice de souvenirs. De vous retrouver, retrouver vos enfants. Etre photographe ce sont des sacrifices parfois, mais aussi tellement de joie.

Si je vous expliquais comment j'en suis arrivée là?


Le commencement

Enfant, c'est ma mère qui m'a donné le goût du dessin & de la photographie. Elle me mitraillait tout le temps, et j'ai fait mes premiers pas avec son Olympus OM 10.

A l'époque je ne comprenais rien, je me contentais, à l'instinct, de déclencher lorsque mon oeil s'émerveillait dans le viseur. Autant vous dire que c'était fréquent, et ma douce maman devait développer les pellicules plus vite que son ombre! Quand je ne photographiais pas, je dessinais. Tout le temps. A 8 ans, lorsque l'on me demandait ce que je voulais faire plus tard, je répondais "Artiste". Vous me direz, avec un papa musicien, et une maman touche à tout, mon chemin semblait tout tracé!


Sur cette photo, j'ai deux ans, et déjà des crayons dans les mains!

Même si la photographie est un de mes passe temps favoris, vers 10 ans je me passionne pour les voitures! Je les aime, les collectionne, et c'est en bon garçon manqué que je suis abonnée à 42 magazines automobile (42 c'est une blague hein!). J'adore créer des maquettes avec mon papa, et la tradition des courses en famille, c'est une petite majorette quand j'ai été sage! Et quand je ne joue pas, je passe mon temps à esquisser des prototypes et imaginer les bolides de demain... A l'école, j'aime apprendre, je ne rencontre pas de difficultés jusqu'au collège. Je suis une jeune fille sensible, rêveuse et passionnée,

je lis et écris beaucoup, je dessine toujours, je photographie moins, mais je suis une enfant épanouie.


Le collège

Un brin idéaliste, ma rentrée au collège a été pour moi une claque d'une extrême violence. Le petit monde onirique que je m'étais construit a volé en éclat. J'ai rapidement été confrontée a une dure réalité. Etre la première de la classe n'était plus synonyme de bienveillance, et en quelques mois je suis devenue l'une de celles que l'on traite de "sale intello", à qui l'on jette des boulettes de papier et à qui on joue des mauvais tours. Après une année de harcèlement, la petite fille sage a fini par dire stop. Je suis peu à peu devenue une autre. Baisse de mes notes, rébellion, je devenais un élément "perturbateur" comme mes profs disaient, insolente et solitaire. C'était façon de m'armer face à ces agressions quotidiennes. Puis un jour, mon monde s'est écroulé. A 14 ans, j'apprends que ma maman est atteinte d'une grave maladie. Myélome multiple. Des mots bien compliqués pour un diagnostic pourtant simple. Le cancer s'invitait dans notre vie, cette vie qui me semblait déjà si compliquée depuis quelques années... Mais le pire arrivait, et les prochains mois allaient être dévastateurs. Je quittais brusquement l'enfance pour devenir très vite une petite adulte écorchée. Après 3 années de combat, ma maman s'est éteinte à l'âge de 36 ans. Entre temps, j'étais devenue la terreur du collège, puis du lycée, et la maladie avait brisé ma famille et anéanti chacun de mes rêves.

Et pourtant, je m'accroche à la vie

A l'époque, certaines mauvaises fréquentations auraient pu me faire sombrer à tout jamais dans l'abysse. Mais au fond de moi, il reste une toute petite étincelle prête à rallumer les étoiles. Ma vie ne peut finir ainsi. Après quelques mois d'errance, je reprends mes études et intègre, malgré l'avis défavorable de mes professeurs, une classe de première littéraire.

Je réussi à convaincre le proviseur du lycée que ma passion des arts et de la littérature me sauvera... S'en suit des mois de travail acharné, de lectures, de philosophie (que j'apprends avec un an d'avance, car c'est une matière que l'on découvre en terminale...). Puis au fil de mes lectures, je découvre un ouvrage qui va bouleverser le cours de ma petite vie "Le livre tibétain de la vie et de la mort", de Sogyal Rinpoché (je vous invite vraiment à le lire ;))

Un ouvrage qui va considérablement m'aider dans mon deuil, et m'amener à étudier la méditation ainsi que des notions de renaissance et de karma. Un ouvrage qui va me faire à nouveau croire en la vie.


Mon envol

Tous ces évènements me font grandir trop vite. A 17 ans, je prend mon envol. Je quitte mon papa et mon petit frère, non sans mal, pour m'installer dans un appartement. Bien que rongée par la culpabilité, je ressens ce besoin d'écrire une nouvelle page. Je suis encore lycéenne (ou parce que dans tout ça, j'ai quand même redoublé ma 3ème), et je travaille l'été dans une exploitation agricole, ou je trie et emballe les pêches. Un travail long, difficile et ennuyeux, qui va me permettre de me battre encore plus pour réussir ma vie professionnelle... J'obtiens mon bac, du premier coup, et c'est soulagée que je peux commencer une nouvelle vie. Je m'inscris dans une filière d'arts appliqués, à l'université.


La fac

32h de cours, deux jobs alimentaires, un appart, des nuits "charrette" comme on les appelle, des projets d'archi, des centaines d'euros de fournitures mensuelles, des factures, (beaucoup trop de factures lol), des envies de tout lâcher, mais surtout une soif de réussite... Je m'accroche, même si je découvre en cours de formation que le design (automobile ou pas), est régit par un cahier des charges composé de 90% de contraintes techniques et 10 petits % de création... Je vous la fait courte sur tous les aspects du design qui ne me conviennent pas... Peu à peu, et non sans déception, je m'éloigne de mon rêve d'enfant mais je continue mes créations plastiques et photographiques. Je ne sais pas trop quoi faire, mais il me reste encore une année pour me décider.


La révélation


Ce n'est qu'à 20 ans que j'ai la REVELATION. Toujours à la fac, je deviens par hasard modèle photo et réalise quelques séances. Cela dure un an environ, avant que l'envie de passer de l'autre côté de l'objectif me traverse l'esprit. Je fait poser une copine, je m'éclate, la machine est lancée. Tout va très vite. Je constitue un book en quelques semaines, je ne pense qu'à la photo. Ma créativité n'a plus de limite, j'imagine des tableaux ou je met en scène mes modèles, j'expérimente, je m'amuse, je m'exprime. Je me sens plus vivante que jamais, animée d'un sentiment indescriptible. A 22 ans, je finis mes études et décide de lancer mon auto-entreprise. Je deviens donc photographe professionnelle. A l'époque tout le monde croit que je suis tombée sur la tête. Vivre de la photographie? Impensable!

Mais moi, c'est derrière l'objectif que je m'épanouis et trouve enfin ma place. Alors je vais me battre pour faire de cette nouvelle passion un métier. Je commence par de la photo de mode avant de me spécialiser dans le portrait, la famille, tous les beaux évènements de la vie. Laisser une trace de ces bonheurs est pour moi une revanche sur la vie. Rien de pourra nous voler ces souvenirs. La vie est dure parfois, mais la vie est belle. Votre quotidien l'est. Partager un café avec votre moitié, emplir votre maison de rires d'enfants, vous dire oui,

nos coeurs battants à l'unisson...


J'ai fait de ma vie un rêve, 10 ans que mon quotidien est aussi un peu le vôtre, que vos moments de bonheur sont aussi miens.10 ans que nous écrivons ensemble ma plus belle histoire d'amour. 10 ans.Ce n'est pas rien, c'est toute ma vie.


MERCI.


Anaïs